pollanno

vendredi, novembre 19, 2004

Nicolas et Harry

Il y a peu de temps sont sorties les Histoires inédites du Petit Nicolas de Goscinny & Sempé, et en bonne fan, je me suis empressée de les acheter. Elles ont fait comme on le sait un véritable carton, 1er tirage aussitôt épuisé , réédition massive, gondoles entières à l'entrée de la Fnac, là où Harry Potter et son Phénix s'affichaient l'an dernier. Ce succès m'a surprise, j'avais l'impression que cette série avait sombré dans l'oubli. Des profs de français m'avaient dit en tout cas qu'elle n'avait plus vraiment la cote auprès de leurs élèves. Est-ce à dire que le p'tit Nicolas fut notre Harry Potter à nous, trentenaires, et que c'est notre fidélité qui assure son triomphe actuel ? Enfin, je dis trentenaires car c'est mon cas, mais la série a commencé à paraître dans les années 60. Et quand je la lisais, vers 1980, elle aurait pu sembler déjà datée: les classes non mixtes, les porte-plumes , les mères-ménagères au foyer, les gamins qui vont regarder la télé chez le seul copain qui en possède une ...Et pourtant aucun de ces détails ne me semblait étrange à l'époque, peut-être aussi parce que cette période n'était pas si loin. Les bureaux en bois de mon école primaire comportaient encore un trou pour l'encrier, mes parents venaient à peine d'acheter un poste... De même aujourd'hui , le décor à l'ancienne de l'école de sorcellerie de Hogwarth (Poudlard) ne dérange pas ,et au contraire séduit les fans de Harry Potter.
Et comme pour Harry l'identification marchait à fond avec le Petit Nicolas, car qui n'a pas vécu les mêmes aventures que lui et ses copains? Les jeux, brouilles et bagarres dans la cour de récré et les terrains vagues. La tentative pour créer une société secrète, avec insigne et mot de passe, qui part rapidement en live. Les disputes et réconciliations de nos parents. Les comédies pour avoir un chien, un chat ou une grenouille. Le tour du voisinage pour caser en vain les billets de tombola de l'école. Les départs en colonie quand on pleure comme une madeleine en quittant ses parents, et on pleure de même un mois plus tard parce qu'il faut retourner chez soi. Je souris et rigole encore aujourd'hui en lisant et relisant cette irrésistible, faussement naïve et si vivante chronique . Extrait d'un "vieux" Petit Nicolas Joachim a des ennuis, où le dénommé Joachim voit sa vie chamboulée par l'arrivée d'un bébé très envahissant :

Et il a dit qu'il n'était pas jaloux, que c'était bête de dire ça, qu'il ne s'en occupait pas de son petit frère; la seule chose, c'est qu'il n'aimait pas qu'on l'embête et qu'on vienne coucher dans sa chambre, et puis qu'on l'empêche d'aller jouer avec les copains, et que lui il n'aimait pas les chouchous, et que si on l'embêtait trop, eh bien il quitterait la maison, et c'est tout le monde qui serait bien embêté, et qu'ils pouvaient le garder, leur Léonce, et que tout le monde le regretterait bien quand il serait parti, surtout quand ses parents sauraient qu'il était capitaine sur un bateau de guerre et qu'il gagnait beaucoup d'argent, et que de toute façon, il en avait assez de la maison et de l'école, et qu'il n'avait besoin de personne, et que tout ça, ça le faisait drôlement rigoler.
- Qui c'est Léonce? a demandé Clotaire.
- C'est mon petit frère, tiens, a répondu Joachim.
- Il a un drôle de nom, a dit Clotaire.
Alors Joachim s'est jeté sur Clotaire et il lui a donné des tas de baffes, parce qu'il nous a dit que s'il y avait une chose qu'il ne permettait pas c'est qu'on insulte sa famille.


Ces nouvelles aventures sont dans la même veine, et permettent d'en savoir plus sur des personnages secondaires (le père richissime de Geoffroy, M.Mouchabière etc). Un vrai régal.

(en cours...) Chronique Japonaise, Nicolas Bouvier / Petite cuisine du Diable, Poppy Z. Brite.

2 Comments:

  • Les vingtenaires comme moi aimaient aussi lire le Petit Nicolas au début des années 90. Certes il est moins moderne que des personnages comme Titeuf, mais le style et la légèreté de Goscinny et Sempé font du Petit Nicolas un personnage universel et indémodable. Marcelin Caillou (rien que le nom est rigolo) est aussi chouette à lire, et sinon je te conseille de lire les albums de Sempé, dessinés tout en finesse.

    By Anonymous sylly, at 21/7/06 11:22 AM  

  • En effet, le petit Nicolas est un personnage assez universel et toujours intéressant. Croyez ou pas, mais il existe même des gens qui font leur mémoire de maîtrise de son sujet... comme moi...

    (Bonjour d'une étudiante finlandaise)

    By Blogger Viansanoja, at 1/5/07 3:28 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home